Quand le Président blâme les passagers de l’accident d’Anjozorobe

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samedi dernier, le monde était en émoi face à un terrible accident de la route qui avait causé la mort de 47 personnes à un retour de mariage. Aujourd’hui, on en sait plus sur l’accident : le chauffeur aurait conduit en état d’ébriété. Selon l’Express dans son édition du 1er février 2017, le Chef de l’Etat a réagi à ce drame lors d’une interview enregistrée à Addis-Abeba le 31 janvier :

« Lorsque vous savez que le chauffeur est ivre, vous ne devriez pas monter dans la voiture. Cela fait partie du courage nécessaire, commente-il. Chacun doit assumer et prendre sa part de responsabilité, que ce soit les collectivités territoriales, les ministères, les forces de l’ordre et même la population. »

Toujours d’après l’Express, « le reportage de RNM ne dit pas si le locataire d’Iavoloha a présenté ses condoléances aux familles endeuillées. Le communiqué de la Présidence parle juste d’un fait regrettable, sans que le chef de l’État n’exprime sa sympathie pour les familles des victimes. »

28 commentaires à propos de “Quand le Président blâme les passagers de l’accident d’Anjozorobe”

  1. De toute façon ce n’a rien à foutre des Malgaches, un petit mot pour ceux qui morts, et ne pas faire les donneurs de leçons, le moment est mal choisi.

  2. Iza no tena diso? Ilay olona tsy manana safidy afa noho ny mandeha fiara entin’ny olona mamo sa ilay olona manana fahefana nefa tsy mihezaka manambotra làlana mba ho tsara sy tsy atahorana na mampivoatra ny train / bus / car…
    Espèce d’inutile!

  3. Raha MBA nisy automobile daholo ny fianakaviana tsirairay de tsy nisy tranga otrizao Nefa indrisy ry Président fa nohon’ny FIJALIANA SY FAHANTRANA ré nohatonga olona bebediabe ho faty toy izao.
    De mbola latsaina ihany vé????

  4. C’est un manque de respect pour les familles des victimes. C’est indigne d’un Président. Par ailleurs, si personne ne montait dans les camions, taxi-be et taxi-brousse dont les chauffeurs sont alcoolisés ou sous l’emprise de la drogue, à Mada, 95% de ces véhicules resteraient sur le bord du trottoir. Comment feraient les malagasy pour se déplacer ? Ils sont très loin d’avoir les moyens de se payer un 4×4 avec un chauffeur sobre

  5. ny faharafahakeliny indrindra raha misy fanajana dia ny fidinana eny amin’ny fianakaviana androtry ny loza fa tsy fandatsana tompoko, izany ny ray aman-dreny orin-janaka.

  6. tsy zakantsika ny filazana ny marina, tokony hampionona ny velona hoy isika nefa tena mety ilay mananatra ny velona satria isika malagasy anie ka zatra tsy fanarahan-dalàna sy fampiharana ny aro loza rehetra ka matimaty foana mazàna.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*