La diffamation et le dénigrement sur Facebook vous engagent pénalement

  • 56
  •  
  •  
  •  
  •  
    56
    Shares

Vous êtes tous au courant du cas Hiary Rapanoelina, ce coach vocal qui a créé et administré le groupe « Fifosana people gasy ». Le groupe s’en donnait à coeur joie pour diffamer et dénigrer bon nombre de célébrités locales. Les tentatives de pourparlers ayant échoué, les victimes ont donc déposé plainte, ce qui a conduit à l’arrestation, puis l’incarcération de Hiary Rapanoelina (qui a, depuis, imploré le pardon auprès des victimes concernées).

Cette histoire, sans précédent, servira sans doute d’avertissement à tous ceux qui pensaient pouvoir diffamer et dénigrer allègrement des personnes physiques et morales, sans en subir les conséquences. D’ailleurs, certains internautes commencent à prendre conscience de la portée de leurs commentaires et publications sur Internet et nous envoient régulièrement des demandes pour « effacer leurs traces ».

Pour anecdote, KoolSaina.com a également déjà fait l’objet de diffamation et de dénigrement de la part d’un concurrent (dont nous avons précieusement gardé toutes les copies-écrans) et qui semble s’être calmé depuis, sans doute conscient des risques qu’il encourt (6 mois à 5 ans de prison et une amende de 100 000 ariary à 10 000 000 ariary, sans compter les dommages et intérêts).

Moralité : oui à la liberté d’expression, non à la diffamation et au dénigrement. N’oubliez jamais que la liberté s’arrête là où commence celle des autres. On vous aura prévenu !

3 commentaires à propos de “La diffamation et le dénigrement sur Facebook vous engagent pénalement”

  1. Je pense que c’est normal que Hiary fasse de la prison. Mais tous ceux qui ont mis des commentaires de diffamation aussi, et les autres administrateurs du groupe aussi auraient dû le rejoindre. Parmi eux, il y avait Andy, la femme d’un chanteur malgache en France.

  2. Ary ny mpanodikodina volam-bahoaka amina miliara toa tsy migadra fa « afaka noho ny fisalasalana »? izany no raharaha misy eto amintsika. mampalaelo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*