URGENT. Le président Rajao répond aux accusations dans Paris Match

« Miala Rajao » (Rajao, démission). Depuis quelques temps, c’est sans doute la phrase la plus utilisée par les internautes malgaches sur le célèbre réseau social Facebook. Mais il ne suffit pas de le demander, encore faut-il que cela se fasse dans les règles.

Et c’est dans ce contexte que le président Rajaonarimampianina a répondu aux accusations contre lui dans Paris Match. Car une requête en déchéance a été déposée contre lui (en clair, les députés de l’opposition demandent sa démission). Extraits choisis ci-dessous :

Sur la nouvelle loi électorale
« Ces lois sont le résultat d’un processus inclusif […] Tous les acteurs politiques ont été invités à débattre, ce qui a produit un document assez épais sous l’égide du programme des Nations Unies […] Le texte qui a été proposé était connu de tous. »

Sur le bulletin numéro 2 du casier judiciaire
« Ca ne visait personne ! […] C’est le bulletin n°2 qui retrace l’historique judiciaire qui est demandé parce que c’est le plus complet. Marc Ravalomanana n’a pas de raison de se sentir visé. »

Sur le mouvement des députés de l’opposition
« Si ces lois étaient réellement la source de réaction, dès que les lois ont été promulguées cela aurait dû arrêter les manifestations. Peut-on tirer des conclusions que ce n’étaient que des excuses fallacieuses ? […] Ils ne parlent aujourd’hui plus des lois, mais de demande de démission du président. »

Sur la candidature de Ravalomanana et de Rajoelina aux élections présidentielles
« La démocratie a évolué et comme je l’ai toujours dit : que tout le monde se présente ! Le processus devrait être inclusif. »

Sur la répression des manifestants ayant causé 2 morts et 17 blessés
« Il n’y a pas eu de répression ! Les forces armées étaient là pour encadrer les manifestations du 21 avril […] Il y avait une volonté de créer un bain de sang, mais les militaires n’ont JAMAIS, JAMAIS reçu aucune instruction de tirer. »

Sur son éventuelle déchéance
« Je suis confiant par rapport au mémoire en défense que j’ai présenté. Sur le plan purement juridique, il ne devrait y avoir rien à craindre car les motifs sont infondés. »

Sur la vidéo où on voit le Premier ministre livrer de l’argent en liquide pour convaincre un député de l’opposition de voter la loi électorale
« Une vidéo semblable qui a été montrée récemment et qui date de 2015. Elle montre des députés dans une chambre se donnant de l’argent. »

Source : Paris Match

S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
gasikara

mais qu’il prouve qui a tiré dans ce cas! c’est facile de dire qu’il n’a pas donné l’ordre de tirer, mais qui a tiré alors? pourquoi il n’y a pas d’enquête et pas de résultats? partagez!!!!!

Brandon

Mais qui va diligenter l’enquête ? On n’a pas de Juge de la trempe de Renaud Van Ruymbeke ici : incorruptible, …etc… !!!
C’est comme en 2009 : tout le monde sait que les tirs ne provenaient pas du Palais. Mais qui a voulu faire l’enquête officielle ? Personne, du moins pour le moment, de peur d’être taxé d’anti-AV7 ou d’anti- (soi- disant) autorité de la chose jugée.
Donc, sur ce cas de 2018, qui va mener l’enquête sans être taxé de pro-régime ?
Sous-développement intellectuel, quand tu nous tiens !!!!

Roll

Miala rajao! Il y a eu mort d’homme donc il est coupable. C’est un égoiste qui se fait manipuler par sa femme, qu’il a piqué à un autre.

error: