La députée malgache Aina Kuric menacée d’exclusion du parti de Macron

  • 297
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    297
    Shares

Vous vous souvenez de Aina Kuric ? Cette jeune Française d’origine malgache avait été élue députée dans la Marne sous les couleurs de LREM (La République en marche) de Macron. Plutôt discrète depuis son élection, la jeune femme fait parler d’elle dans les médias pour avoir voté contre la nouvelle loi asile-immigration en deuxième lecture.

« Ce vote ne remet en aucun cas mon attachement à la République en Marche et à son groupe parlementaire à l’Assemblée nationale […] Ce qui me dérange, c’est qu’on crée plus de conditions pour refuser que pour accueillir […]

Ce ne sont pas que des textes de lois, ce sont des hommes, des femmes, des enfants, des familles, qui sont dans une détresse », déclare la frondeuse. Mais Richard Ferrand, le président du groupe a établi une discipline : « Abstention, péché véniel, vote contre, péché mortel ».

Son groupe parlementaire LREM se réunira mardi pour décider de son avenir au sein de la majorité. Dans tous les cas, exclue ou pas, on ne peut que congratuler cette jeune députée de 31 ans pour être fidèle à ses convictions. C’est assez rare en politique donc chapeau bas Aina !

2 commentaires à propos de “La députée malgache Aina Kuric menacée d’exclusion du parti de Macron”

  1. Madame pour tout le respect que je vs dois,vous êtes malgaches de Tananarive »Merina », vous les « Merina »vous étiez les premiers à mettre dehors les français,les métis et j’en passe, aujourd’hui encore, vous détestez les métis,et vous êtes tous et toutes en France, contrairement aux côtiers,vs vs voulez tout gérer ds notre pays,le mieux c’est que vous démissionner de votre poste de député,ns les métis nous avions fait énormément dans notre pays, c’est aussi notre pays Madagascar que vous l’acceptiez ou pas, vous êtes très mal placée pour portez des jugements sur les décisions de ce gouvernement

  2. Bonjour! On ne refait plus l’histoire, nous ne pourrons plus changer ce qui s’est passé. Par contre, le fait de s’engager pour être députée au nom d’un parti sous-entend des contraintes politiques souvent difficiles à concevoir car ça oblige les membres à accepter les décisions à l’unanimité. Personnellement, la liberté d’expression sur des sujets délicats n’est plus autorisée et c’est dommage car cela empêche les gens de donner son avis, qui la plupart du temps, justifie bien la réalité du terrain et l’évolution de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*