VIDEO. Elle raconte son expérience avec une agence « Porta Potty »

La dignité n’a pas de prix. Mais pour certains, l’argent incite à tout accepter, y compris l’inacceptable. C’est ce que dénonce le hashtag #DubaïPortaPotty. Tendance depuis quelques jours, il signifie littéralement « personnes toilettes ». Selon les informations qui circulent, ces « Porta Potty » seraient des influenceurs et des influenceuses africains et européens qui exposent leur « vie de rêve » sur Instagram.

Ils auraient accepté de louer leur corps pour des pratiques s*xuelles extrêmes (sca*tophilie, zoo*philie et même pédo*philie) contre une très forte somme d’argent à Dubaï (on parle de 250 000 euros pour une semaine de « travail »). Mais comment ces hommes et ces femmes en arrivent à accepter de telles pratiques déviantes ? Une influenceuse qui avait été approchée par une de ces fameuses « agences Porta Potty » témoigne de son expérience.

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Analyste

Une fois sur place, ils leur confisquent leurs passeports. C’est comme ça aussi qu’ils font avec les domestiques malagasy qui partent à Dubaï.

Brahimu

Comment contacter l’agence à Dubaï

IMG_20220131_145402_523.jpg
error: