Pourquoi vous devriez réfléchir avant d’accepter une demande d’ami

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Shares

« Think before you friend » (réfléchissez avant d’accepter une demande d’ami). Cette phrase, qui se veut préventive, résume la leçon à retenir de la terrible histoire de Jenny (nom d’emprunt), une jeune fille malgache de 17 ans, séquestrée, droguée et violée à plusieurs reprises par un homme de 28 ans qu’elle a rencontré sur Facebook.

L’histoire, rapportée par Dailymail (UK), commence par une banale demande d’ami que l’adolescente a accepté. « J’avais plus de 310 amis sur Facebook et je n’en connaissais pas le tiers. Je voulais juste avoir beaucoup d’amis ». L’homme, avec qui elle discutait depuis plus de 6 mois, n’était pas connu de ses parents. « Mes parents ne savaient pas que je discutais avec des inconnus sur Facebook », relate-t-elle.

Leur « relation » restera virtuelle jusqu’au jour où Jenny rate ses examens à l’école. Son professeur lui demande alors 200 £ (environ 255 euros ou 925 000 ariary) pour avoir une bonne note. N’ayant pas la somme nécessaire, elle se tourne vers son ami pour l’aider. La rencontre a lieu et c’est à ce moment précis que celui-ci la kidnappe et l’enferme chez lui pendant 2 mois, où elle subit des viols à répétition. « Je ne pensais pas qu’un homme avec qui je parlais sur Facebook pendant 6 mois pouvait me faire autant de mal. Je pensais qu’il était très gentil », précise-t-elle.

Jenny a finalement trouvé son salut grâce un voisin qui a fini par alerter la Police. Par la suite, les gardiens de la paix l’ont mise en relation avec l’UNICEF, qui a pris en charge ses soins médicaux et psychologiques. Quant au violeur, il a été capturé et attend actuellement son procès. Son professeur a également été arrêté. Cette histoire nous rappelle étrangement celle d’une jeune fille qui avait été aussi violée par un homme rencontré sur Facebook à Tamatave.

Moralité : si vous êtes un parent et que vous lisez cet article, veillez à sensibiliser vos enfants aux dangers potentiels d’internet. Si vous êtes un(e) adolescent(e), évitez d’acheter vos diplômes, travaillez dur et vous n’en serez que plus fier. Bien sûr, le cas de ce violeur rencontré sur Facebook est exceptionnel, néanmoins, retenez bien la leçon : mieux vaut prévenir que guérir.

Source : dailymail.co.uk

8 commentaires à propos de “Pourquoi vous devriez réfléchir avant d’accepter une demande d’ami”

  1. Victim-blaming encore est toujours, Madagascar peut ajouter la misogynie a son palmarès. Faut que les femmes malagasy se lèvent enfin en effectuent des raids nocturnes pour castrer ces mecs solidaires ou en piégeant les mecs sur fb et les séquestrer aussi après, sans écouter les meufs complices qui sont pires que les traitres au temps de la colonisation. Les africaines osent pourquoi pas les malgaches? Ou sommes-nous lâches et désespérées?

  2. faut peut-etre pas tout de suite dire que mada est misogyne, ne pas faire d’un cas isolé une généralité! et où t’as vu du victim blaming???? un peu parano quand meme

    • Encore une fois j’ai vu les réactions.
      Les articles ont complètement zappé l’affaire et la responsabilité du criminel ils ont mis en première cause la responsabilité de la victime, c’est du victim blaming au même titre que de dire qu’une fille ne devrait pas faire ceci ou cela, mais pourquoi ne pas dire qu’il ne faut juste pas violer une fille qui accepte votre demande, le fait qu’elle est fait ça ne signifie pas que vous avez le droit d’action sur son corps. Bizarre que vous dite que je sois parano, alors que cet article pousse réellement à la parano en sous entendant que toutes les demandes qu’on nous enverrait pourraient venir de violeurs potentiels.

  3. C’est vrai que les jeunes filles sont toujours victimes en premier plan de ce genre de phénomène en majorité … Je pense que la jeune fille ne pense pas à mal à dire victim blaming … Elle a un sens très accru de féminisme ce qui est compréhensible … Mais hélas la société est faite ainsi , les jeunes filles resteront toujours des cibles facile pour ses hommes pervers … Les parents doivent doubler d’attention sur la sécurité de leurs enfants sur le net … Sensibiliser les filles de n’accepter que des jeunes qu’elles connaissent , ne pas être à la poursuite de reconnaissance et de ne pas se précipiter d’avoir à tout prix d’innombrable d’ami surtout lorsque l’on a pas encore un esprit de discernement assez developper .

  4. Ça fera peut être has been comme vision mais la base de la base est de ne pas parler aux inconnus, vie réelle et vie virtuelle. Loin d’excuser le comportement d’un violeur, l’article je penses ne fait que faire une petite piqûre de rappel. on n’est jamais trop prudent. Je suis désolée mais déjà que les vrais amis fb (amis, collègues, famille ) on ne peut pas prétendre connaître parfaitement chacune de leur personnalité. Donc imaginons des inconnus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*