VIDEO. « Beaucoup parlent de règlements de compte politiques », dixit France 24

  • 121
  •  
  •  
    121
    Shares

Ces dernières semaines, les noms de Rolly Mercia et de Berija reviennent souvent dans l’actualité malgache. Ils ont d’ailleurs été condamnés par la justice à 44 mois de prison ferme chacun pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». Compte tenu du contexte, « beaucoup parlent de règlements de compte politiques », rapporte la journaliste Gaëlle Borgia sur France 24. Voici un résumé de la situation (voir vidéo). Qu’en pensez-vous ?

S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Analyste

Evidemment que c’est un règlement de comptes. Ils étaient tous les deux proches du Dj, et ensuite ils ont vu que le Dj ne fait que se remplir les poches donc ils sont partis voir ailleurs avec tous les secrets qu’ils connaissent. Trois ans de prison, ça lui laisse le temps de finir son mandat et de remettre en place les doublons pour occuper le poste de président pour 5 ans supplémentaires, ou 7 ans selon ses envies.
Mais après, c’est leurs histoires donc on s’en contrefiche de leur guéguerre entre eux et ceux qui ont pactisé avec lui avaient bien conscience des risques donc voilà, c’est arrivé. Mais tant que ça reste entre eux, on s’en balance, qu’ils récoltent ce qu’ils ont semé aussi.

Krkkr

miady atrano ny crabes e!

libertad

il faut être un abruti pour ne pas s’apercevoir que ce n’est pas un règlement de compte. Depuis quand on peut être accusé d’atteinte a la sûreté de l’Etat parce qu’on a un mégaphone et qu’un accusé aurait prononcé le nom de Rolly Mercia? il n’y a qu’un régime comme celui-ci pour être capable de tels bêtises

haha

Atteinte à la sureté de l’Etat pour tout et n’importe quoi. Il a peur parce qu’il sait qu’il a triché avec les doublons alors il arrete tout le monde! mionzongozona lava, katahoatra

Analyste

Quand on a fait un coup d’Etat, on pense forcément qu’on peut aussi être victime d’un coup d’Etat du coup ça devient parano. Une vie vraiment triste finalement, je le plains. Jamais tranquilles le gars et sa femme.

error: