VIDEO. Le patriarcat a été installé par la religion chrétienne à Madagascar

Les Malgaches ont-ils une culture patriarcale ? De nos jours, cette question divise souvent l’opinion. Kemba Ranavela de l’association Nifin’Akanga apporte une réponse claire et précise : « Je pense que notre société traditionnelle n’est pas patriarcale. Je ne dis pas qu’elle est matriarcale. Par contre, pour moi, le patriarcat a été installé durablement, solidement par la religion chrétienne.

Par exemple, beaucoup d’enfants portent le nom de leur père aujourd’hui. Et ça ne choquera personne. Mais ce n’est pas dans nos traditions de porter le nom de son père ! Vous voyez comment, insidieusement, au nom de la modernité, on est entré dans une culture patriarcale. Il y a certaines personnes qui ont pris goût à ce patriarcat. » Qu’en pensez-vous ?

S’abonner
Notification pour
guest
16 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mad

Bonjour.
Il faut dire la vérité. C’est la société Gasy tout entière qui est malade. Alors, je veux bien que on trouve des coupable >> le patriarcal, le matrimonial, les affairistes, les ministres, les mineurs, Rajoelina… etc. La vérité, c’est que c’est nous les Gasy, nous sommes pas encore prêts, voilà la vérité.

leobe

mon dieu qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre, la prochaine étape c’est quoi? accuser la chretienneté d’avoir qualifié Dieu l’attribut masculin? vous portez honte a au féminisme.
Beaucoup d’enfants portent le nom de leurs père…?!? ah bon? si je m’appelle Robert donc j’appellerai ma fille Robert quoi qu’il arrive? si les enfants portent le patronyme masculin c’est parce que c’est l’administration qui le dit, pas la chrétienneté donc au lieu de créer de faux problèmes il faut aller au bon endroit avant de dire de tels sottises.
Et ces femmes sur les vidéos elles s’appellent comment? Robert? Julien? Bernard?
Et puis ça veut dire quoi porter un nom patriarcal? ça ne veut rien dire, ça n’a aucun sens, imaginez, les patronymes se sont transmis aussi bien coté paternel que maternel donc vos tergiversations ne sont que pure perte de temps

Analyste

Non au contraire, elle a raison. On voit que c’est une femme instruite parce que ce qu’elle dit est vrai. Dans nos traditions, les enfants ne portent pas le nom du père mais un nom de circonstance selon son jour de naissance, parfois les enfants portent le nom de l’oncle maternel mais pas du tout celui du père. C’est ça la tradition et la culture malagasy.

Concernant le nom du père (on parle du nom, pas du prénom) qui est transmis automatiquement aux enfants aujourd’hui, ce n’est pas l’administration qui le dit, mais ça a été en effet introduit par le christianisme et surtout la colonisation. C’est la culture française qu’on nous a obligé à copier bêtement.

Avant, on n’avait pas non plus de prénom, juste un nom, mais l’administration française a imposé les prénoms et c’est resté jusqu’à maintenant. Mais si vous regardez les grands-pères et grands-mères, certains ont juste un nom et pas de prénom. Et la femme ne porte pas le nom de son mari quand elle se marie, c’est ça la vraie culture malagasy. Normalement, on doit dire Mialy Razakandisa et pas Mialy Rajoelina, si on suit la vraie culture malagasy. Les femmes gardent toujours leur nom de jeune fille chez nous. Et c’est le christianisme et la colonisation ont changé ça. Kemba Ranavela a aussi raison quand elle dit que ça arrange bien certains.

leobe

être instruit ne se limite pas a tégiverser sur un nom qui serait trop patriarcal ou trop matriarcal. Leurs intentions sont peut êtres bonnes mais il faut voir loin. Donc je ne me précipiterai pas a jeter des fleurs ou en faire un cancel.
– Concernant les noms hérité du père: s’il faut changer de nom, je pense que toute personne instruite irait au tribunal. Accuser le christianisme ou je ne sais quoi c’est léger. C’est la colonisation qui nous ont imposé toute sortes de lois. S’ils ont voulu imposer l’islamisation de madagscar, ils auraient pu, s’ils auraient voulu imposer le hindouisme, ils auraient pu le faire. Bref, le problème n’est pas la christianisation (a moins de le détester a point) la source c’est la colonisation. Si vous voulez changer ça, changez la loi, faites un effort, il faut convaincre la société, devenez député.
– Sur la question si l’on doit dire Mialy Rajoelina ou Mialy Razakandisa, c’est a elle de le voir, d’ailleurs je ne pense pas qu’elle a du temps a perdre pour débattre la dessus malgré qu’elle milite pour le féminisme.
– Concernant la culture malagasy, il y a deux poids deux mesures: quand on veut attaquer le christianisme, on dit qu’on « doit » retourner aux « fomban-drazana » mais quand la culture impose que « le mari mange le repas, la femme et les enfants attendent », est-ce qu’on doit appliquer cette pratique aussi? non, il faut surtout utiliser le bon sens.
– Concernant le féminisme: si je ne le suis pas, je ne me suis pas marié parce que je suis convaincu que je ne suis pas complet sans elle et vice versa.
– Concernant la violence contre la femme: je suis fermement contre ces hommes ivres qui battent leurs femmes. Je suis aussi fermement contre les hommes qui se font insulter verbalement par leurs femmes (ça c’est moins connu), quand l’homme il ne supporte plus les insultes, il explose puis frappe sa femme. La suite c’est quoi? la femme elle porte plainte pour violence physique et l’homme il croupit en prison mais jamais ou rarement on parle de harcèlement moral alors que ça c’est un danger parce que l’on ne peut pas le prédire a l’avance.
Bref, il y a beaucoup de points que toute personne instruit doit voir et qui concerne la société malagasy

leobe

Débattre sur les noms des enfants si c’est trop patriarcal ou non, tout en ajoutant son grain de sel que c’est a cause du christianisme ce n’est plus une question de personne instruite ou non.
C’est trop léger comme argument, jusqu’a maintenant si on veut changer de nom il faut aller au tribunal sinon essayez de convaincre la population sur le « gros » problème du patriarcat et changez la loi au lieu d’accuser le christianisme a tout va.
Dans les régions j’endents parler de nouveaux nés qui doit se faire piétiner par des zébus pour définir son destin, on est au 21ème siècle et pour moi ce genre de concept c’est absurde.
S’il faut changer la société, autant le faire en prenant compte des priorités sans distinction ni discrimination. Concernant les violences envers les femmes par exemple, c’est alarmant. Il faut aussi voir le problème de la violence envers toute personne quel que soit son genre, y compris les violences morales comme les insultes faites par des femmes envers leurs maris par exemple. Il ne faut pas attendre que le mari soumis explose, frappe la femme pour ensuite faire appel a la lutte a la violence envers les femmes.

espoir

Je ne sais pas si on doit dire Mialy Razakandisa ou Mialy Rajoelina mais tout ce que je sais c’est que c’est a elle de choisir comment on l’appelle et je ne pense pas qu’elle a du temps a perdre sur la façon dont on doit l’appeller. Elle peut militer pour le féminisme sans avoir besoin de discuter la dessus

Analyste

J’ai juste pris Mialy comme ça mais ça marche pour toutes les femmes, Lalao , Voahangy, etc…. Sinon Mialy féministe ? Laissez-moi rire. Elle est aussi idiote et ignare que son mari Rajoelina !

leobe

du coup on s’en fout comment on l’appelle, elle fait ce qu’elle veut de son nom.
et puis un peu de calme quand même, des fanatiques pourrait prendre ça comme atteinte au féminisme, au patriarcalisme blabla

Analyste

Bof, je crois que tout le monde sera d’accord que Mialy est aussi idiote et ignare que son mari, même les féministes seront d’accord. Il faut être un peu imbécile pour choisir un autre imbécile comme mari non ? Hahaha

leobe

C’est vrai que son DJ de mari est nul mais je m’en fout qui choisir mais je vois que la société s’antagonise. Encore un peu de temps et l’on verra la création de sectes et groupes féministes qui se crêpent le chignon. Les vraies féministes avant le 20ème siècle se retourneraient dans leurs tombes en voyant comment sont devenues leurs héritières

Analyste

Après, si vous avez la haine contre les femmes, je peux rien pour vous. Moi j’ai regardé la vidéo intégrale, je n’ai entendu aucun discours extrémiste, juste des femmes qui veulent qu’on les traite correctement. Protéger des violeurs au nom du qu’en dira-t-on, c’est nul, et elles ont raison de le dénoncer. Donc, d’après votre commentaire, les « vraies féministes » vont se retourner dans leurs tombes parce que ces femmes malagasy dénoncent le fait qu’on protège des violeurs au nom du qu’en dira-t-on ? Je pense que vous avez des a priori contre ces femmes, je vous invite à regarder la vidéo du début jusqu’à la fin, c’est un peu long mais ça vaut le coup, vous comprendrez mieux leurs souffrances. Et vous leur direz merci pour vos filles (si vous en avez).

espoir

J’ai l’impression que les gens modernes sont trop sensibles, voire malade. S’indigner et se voir choquée parce que des enfants porteraient des noms provenant de leurs pères et se dire qu’on est cultivée en parlant de ça. Les gens font ce qu’ils veulent de leurs noms qu’ils portent, s’ils veulent changer un jour c’est leur choix, ce ne sont pas a nous d’imposer quoi que ce soit. Et en plus le problème posé ne concerne pas de sujets qui porte atteinte a la vie ou a la dignité d’une personne.

Analyste

Faut pas tout mélanger, elle ne s’est pas indignée, Kemba a juste expliqué comment le patriarcat a été installé durablement à Madagascar. Elle vient de donner une info en or aux Malagasy qui ne connaissent pas leur propre culture. Vous seriez choqué d’aller dans des campagnes où certains ont gardé les traditions, où les gens ne portent pas de prénom, où les gens ne portent pas le nom de leur père, et où des frères et soeurs ont tous des noms différents. Et pourtant, c’est ça la vraie culture malagasy, c’est ça nos traditions ancestrales. Et c’est de ça que Kemba parle. Après, adhérer à la tradition malagasy est une autre histoire.

leobe

désolé mais avant que le christianisme n’arrive ou je ne sais quoi, la culture malagasy elle pratiquait déjà le patriarcalisme comme le fait que l’homme mange d’abord, la femme après.
Donc avant d’adhérer a la tradition malagasy il faut mesurer ses propos. Je me permet de dire une citation de Simone Beauvoir qui disait que « l’on ne nait pas femme, on le devient », c’est pour dire que être une femme c’est plus que ça, d’ailleurs je ne crois pas qu’elle s’est plainte d’avoir porté un nom patriarcat. Il faudrait se poser les bonnes questions et aborder les vrais problèmes

espoir

Je suis confus, ce que je crains, ce sont les prises de positions extrémistes, des femmes ne sont pas d’accord avec l’allaitement des bébés parce que ce ne serait pas compatible avec le féminisme, donc dégradant si j’ai compris; Un bébé qui naît, qui veut juste son lait se trouve aussi dans la ligne de mire d’idéologies qui m’inquiètent. Si c’est leurs choix de ne pas allaiter c’est leurs droits mais les conséquences sont les risques liées au croissance du bébé, le cancer du sein et j’en passe. Bref, j’ai l’impression qu’on ne se contente pas de vivre normalement mais on remet tout en question tout en créant de problèmes

Analyste

L’homme mange d’abord, la femme après ? Je crois que c’est uniquement chez les antandroy ça, si je ne me trompe pas. Après, il faut voir la culture de manière globale. Peut-être que chez les Antandroy, les femmes mangent après les hommes, mais elles ont des avantages dans d’autres domaines.

Je vais parler d’un truc que je connais par exemple. Chez tous les Malagasy, la femme peut misintaka. Pas l’homme. C’est un droit traditionnel exclusif aux femmes. On voit pas du tout ça dans une société patriarcale. Je pense que vous auriez beaucoup à apprendre de Kemba, je trouve son discours très construit, instructif et mesuré. On est bien loin des extrémistes dont vous parlez.

error: