VIDEO. Les ventes de plantes médicinales explosent depuis la crise du Covid-19

Avec la crise sanitaire du coronavirus (Covid-19), les Malgaches se tournent vers les plantes médicinales pour renforcer leur système immunitaire afin de se protéger du virus. L’IMRA (Institut malgache de Recherches appliquées) a d’ailleurs commercialisé une tisane pour prévenir le Covid-19, en attendant de trouver un remède pour guérir la maladie. Et parmi les plantes les plus prisées, il y a le ravintsara (voir vidéo reportage).

Selon un habitant de Nosy Be, une île au nord de Madagascar, cette plante antivirale est traditionnellement utilisée contre la fièvre et les maux de tête. Aujourd’hui, elle est vendue sous forme d’huiles essentielles et de tisane. Depuis la crise, les ventes ont explosé au niveau local et la demande à l’étranger est très forte. Mais Andry Rajoelina a fait interdire l’exportation de toutes les plantes endémiques à Madagascar. Et dans le contexte actuel, c’est une excellente décision.

S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Dominique

Il a l’air très fatigué et essoufflé le gérant vazaha qui parle à la fin. C’est pas les symptômes du coronavirus ça? Ou bien c’est la vieillesse?

Analyste

Je pense que c’est son dentier qui doit le gêner un peu. Peut-être la fatigue avec la vieillesse aussi… A vue d’oeil, il doit bien avoir dans les 80 ans donc c’est normal.

mpandalo

henjana ihany ty fahanterana ty ka, maharikoriko be mijery an le tendany le rangah vazah @ farany

Laolina

Son cou me fait penser à Raymond dans Scène de ménage. Avec la moustache en moins et les cheveux plus blancs. ^^

Pfff

Les makorely de nosy be ne regardent pas ça. Na de efa dadabe mahatsiravina be aza de vola io e! (><) DAIN! krkrkrkr

Irma

Vous dites les makorely de Nosy be, il faut savoir qui sont ces makorely de Nosy be : les gens originaire de nosy be sont pas les makorely de nosy be ce sont les filles qui viennent des autres villes viennent se prostituée à nosy be comme les Tsimihety en majorité , les Merina, les sambaviennes et les antalaha. Voilà
Bonne méditation

Pfff

Mais j’ai jamais prétendu le contraire, les makorely de Nosy be peuvent etre des femme merina ou autres qui ont migré là-bas pour cibler des vieux vazah friqués. Vola io e! Na de efa dadabe miroraka be aza ny vatany sy ny tendany, vola io. Miaiky ah krkrkrk

Lova

Il faut le comprendre, en europe, il serait incapable de soulever une seule femme de moins de 25 ans meme avec son argent! Alors qu’à nosy be, elles doivent toutes le voir comme une tirelire ambulante! krkrkrkr
Un échange de procédés, comme dirait l’autre blogueuse française qui avait dit que ça l’avait trop choqué et dégouté de voir ça.

Haja

Ne soyez pas trop dur avec ces pauvres femmes, elles ont pas le choix, si c’est le seul moyen pour elles de pouvoir manger de devoir se taper un vieux papy de 80 ans, ben elles le feront, peau du cou qui pendouille ou pas. Oui, c’est moche et dégue mais elles font ça pour survivre.
Blamez plutot ces vieillards retraités qui profitent de cette misère, comme ils ne peuvent pas profiter de jeunettes de 25 ans en France, ils vont chercher ça ailleurs, dans les pays comme Mada. Oui c’est degoutant et oui, c’est choquant de les voir côte à côte mais les parents aussi sont responsables.

error: