L’histoire de cette femme symbolise la détresse du peuple malgache

A Madagascar, il est urgent de satisfaire les besoins primaires de la population. Par besoins primaires, il faut comprendre manger, boire et dormir. Ensuite, il est prioritaire de bâtir et/ou de réparer des infrastructures de base comme les routes, la fourniture d’eau et d’électricité mais aussi de créer des emplois pour une dynamique économique. Une fois ces étapes achevées, il est possible d’envisager d’autres projets comme la rénovation d’un stade ou la mise en place d’un téléphérique, à condition que la population soit d’accord. S’il y en a qui ne comprennent toujours pas dans quel ordre les choses doivent être faites, voici l’histoire d’une mère de famille secourue par la Police nationale (voir photo).

Chassée par sa belle-mère, elle a marché depuis Andriampamaky avec son bébé de 6 mois dans les bras pour rejoindre sa famille à Anosizato. Complètement affamée et fatiguée après plusieurs heures de marche, la pauvre s’est évanouie en plein milieu de la route. Heureusement, la Police d’Analamahitsy lui est venue en aide en lui donnant à manger pour qu’elle reprenne des forces. Elle a ensuite été accompagnée jusqu’à sa destination finale. Cette femme et son bébé, c’est le peuple malgache. Et ce dont elle a besoin aujourd’hui, ce n’est sûrement pas d’un stade, ni d’un Colisée, et encore moins d’un téléphérique. A bon entendeur !

Photo : Facebook / Polisim-pirenena Malagasy.
S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
franck

on peut malheureusement trouver des cas de detresse bien similaires dans les pays « riches »

Analyste

Des gens qui s’évanouissent dans la rue parce qu’ils meurent de faim ? Je sais pas où vous habitez mais j’ai jamais vu ça en France. Ici, tout est fait pour que les pauvres soient pris en charge et mangent correctement. Et quand ils sont malades, ils sont soignés gratuitement donc inutile de défendre votre Rajoelina becs et ongles, vous ne tromperez personne.

leobe

on peut tout autant prétendre le contraire. Ailleurs dans les pays développés on n’a pas de routes en très mauvaises état en pleine capitale pendant que le président il persiste et signe pour endetter le peuple avec un projet de téléphérique. Il a prétendu être prêt en 2019 mais en un peu plus de 3 ans de mandat, il n’a rien fait sauf du bling bling, les routes sont aussi pitoyables qu’avant
Ici a mada, les pauvres restent pauvres et les classes moyennes ils rejoignent leurs rangs. Quant aux politicards riches, ils deviennent toujours aussi riches

MDRM

Même avec un exemple aussi clair, je ne pense pas que la petite cervelle de moineau de Rajoelina soit capable de comprendre.

error: